Rationaliser et renforcer notre politique d’asile et d’immigration

Le 8 novembre 2017,  j’ai défendu avec Stanislas Guérini, notre rapport spécial sur le budget de la mission « Immigration, Asile et Intégration ». Nous avons salué des mesures qui reflètent les engagements du président de la République pour placer les mesures d’accueil des demandeurs d’asile à la hauteur des engagements internationaux de la France.

Nous avons défendu une politique volontaire de hausse du budget de 26% afin d’améliorer notre procédure de droit d’asile. Des effectifs supplémentaires seront alloués à l’Office français pour l’immigration et l’intégration (OFII) et à l’Office française pour la protection des réfugiés et des apatrides (OFPRA) afin d’accélérer le dépôt des demandes d’asile et leur instruction. Le dispositif national d’accueil des demandeurs d’asiles (DNA) verra son parc augmenté de 4000 places. L’analyse que nous avons menée démontre qu’au-delà de la nécessaire augmentation du parc il faudra aussi améliorer la lisibilité des dispositifs d’hébergement.

La hausse du budget s’accompagnera d’une meilleure maitrise des dépenses grâce à la réduction des délais d’instruction et un meilleur contrôle des versements de l’allocation pour demandeurs d’asile. Nous avons défendu l’objectif ambitieux de réductions des délais d’instruction des demandes d’asile à 6 mois tout en restant vigilant sur la sincérité budgétaire et la capacité à atteindre cet objectif dans le temps imparti.

Nous avons enfin voulu insister sur l’importance d’une refondation de la politique d’intégration dont nous soutenons les premières pistes avancées par Aurélien Taché, responsable de la mission dédiée auprès du Premier ministre.

En conclusion je voudrais saluer le travail des bénévoles, des associations, des personnels de l’OFII et de l’OFPRA, qui accompagnent les demandeurs d’asile tout au long de leurs parcours. Ils sont le visage que la France présente au reste du Monde, et œuvrent à leur mission avec humanité et responsabilité.

Retrouvez la défense du rapport spécial sur la mission « Immigration, Asile et Intégration » 

Jean-Noël Barrot