Plaidoyer en faveur de la ligne 18

La ligne 18 est un projet qui me tient particulièrement à coeur : cette future ligne de métro connectera directement Versailles à l’aéroport d’Orly, et représente une opportunité formidable pour notre territoire, nos communes, et nos universités.

La Société du Grand Paris en assume l’élaboration, et malheureusement, force est de constater que le projet est menacé par la mauvaise gestion de ceux qui en ont la charge. Ainsi, le mercredi 17 janvier, la commission des Finances, dont je suis vice-président, a auditionné Didier Migaud, à l’occasion de la remise du rapport de la Cour des comptes sur le Grand Paris Express. J’ai pu faire part au premier président de la Cour des comptes de la colère, des interrogations et de l’attachement des citoyens et des élus des Yvelines à ce projet.

D’abord, la dérive budgétaire du projet l’a conduit à s’éloigner trop loin de son objectif initial. En effet, le plan originel, d’une grande ambition, faisait des Yvelines un territoire multipolaire, comportant certes peu de gares, mais reliées entre elles par des connections rapides. Hélas, sous la pression politique, le projet s’est éloigné de sa vocation première, et prévoit désormais la construction d’un plus grand nombre de gares, mais moins bien reliées entre elles, ce qui obligerait les voyageurs à transiter par Paris pour aller d’un point à un autre dans notre département ! La raison même de ce projet semble se perdre entre un double manque de rigueur budgétaire et de fermeté politique.

Enfin, le redimensionnement du projet me paraît une mauvaise chose, puisqu’il va à l’encontre de l’objectif principal de cette ligne. Il s’agit de donner à cette opération une réelle utilité : c’est, par exemple, relier les entreprises de Saint-Quentin aux laboratoires de recherche du plateau de Saclay. C’est aussi desservir l’emplacement des futurs 6000 logements qui seront construits entre Saint-Quentin et Versailles. A quoi bon construire autant de logements pour les exclure de ce réseau de transports en commun ? La ligne 18 n’a pas vocation à être un métro qui traverse des territoires déserts, mais un maillage cohérent qui facilite la vie de nos concitoyens, et donne de l’autonomie à notre département.

Un budget ferme, et des objectifs ambitieux et constants : c’est ce que l’on est en droit d’attendre de la Société du Grand Paris, et c’est que je m’attacherai à défendre dans les semaines à venir. La ligne 18 est une chance pour les Yvelines, et mérite un engagement total et déterminé des élus franciliens.

 @Grand Paris Développement magazine

@Grand Paris Développement magazine

Jean-Noël Barrot