Face à l’urgence sociale, des mesures pour ouvrir le dialogue

JNB Gilet national.jpg

Depuis plusieurs semaines, notre société traverse une crise grave. Cette situation est le résultat de 40 ans de malaise, comme l’a rappelé le Président de la République dans son allocution télévisée du 10 décembre. Depuis la fin des Trente Glorieuses, certains Français ont en effet pu nourrir le sentiment, légitime, que la classe politique ne comprenait pas leur quotidien, et était insensible à leurs fins de mois difficiles.

Le message d’alerte des Françaises et aux Français a été entendu, et plusieurs mesures que je veux ici détailler ont été annoncées par le Président de la République et le gouvernement pour répondre à l’urgence sociale.

Celles-ci visent en priorité à améliorer le pouvoir d’achat de tous : je pense à l’annulation de la hausse des taxes sur les carburants, à la suspension des nouvelles modalités du contrôle technique, ou encore à la stabilisation des tarifs de l’électricité et du gaz cet hiver.  L’annulation de la hausse de la CSG pour les retraités les plus modestes est, dans le même sens, un geste en direction de nos aînés, auxquels l’effort demandé avait été trop important. S’ajoute à cela l’extension massive de la prime d’activité qui redonnera 100 euros de pouvoir d’achat au niveau du SMIC pour 5 millions de salariés du privé et fonctionnaires. Mais aussi l’exonération de cotisations sociales et d’impôt sur le revenu pour les heures supplémentaire,  qui devrait bénéficier à 9 millions de Français. La prime exceptionnelle de Noël, que nombre d’entreprises ont déjà commencé à verser ou verseront, si elles le peuvent, d’ici le 31 mars, sera elle aussi exonérée.

La crise est plus profonde, et nous devons aller plus loin. Je souhaite que le grand débat national annoncé par le Président de la République permette, d’ici la fin du mois de mars, de faire émerger dans nos politiques publiques, les réponses aux aspirations des Françaises et des Français. Quatre grandes séries de questions seront posées : Comment mieux accompagner les Français dans leur vie quotidienne pour se loger, se déplacer, se chauffer ? Comment rendre notre fiscalité plus juste, plus efficace, plus compétitive et plus lisible ? Comment faire évoluer la pratique de la démocratie et de la citoyenneté ? Comment faire évoluer l’organisation de l’État et des services publiques pour les rendre plus proches des Français et plus efficaces ?

Jean-Noël Barrot