Économie circulaire

IMG_6419 2.jpg

Le 16 septembre dernier, vous étiez nombreux à participer à notre réunion publique à Magny-les-Hameaux autour du thème de l’économie circulaire, en compagnie de Pierre-Yves Burlot, conseiller de Brune Poirson, secrétaire d’État auprès du Ministre de la Transition écologique et solidaire. Cette rencontre était l’occasion de recueillir vos réactions et vos propositions sur le projet de loi « loi anti-gaspillage » qui sera examiné prochainement à l’Assemblée nationale.

Ce texte s’inspire des préoccupations exprimées par les Françaises et les Français lors du Grand Débat national. Plus de la moitié des 150 000 contributions déposées en ligne ayant pour thème la transition écologique portaient sur la problématique des déchets !

Les enjeux de l’économie circulaire sont nombreux. Ils sont écologiques, d’une part : les objectifs de recyclage et réemploi des plastiques auraient un impact sur les émissions de gaz à effet de serre équivalent à la fermeture de toutes les centrales à charbon de France. Ils sont économiques, d’autre part : environ 300 000 nouveaux emplois à faible niveau de formation seraient potentiellement créés. Ils touchent enfin à la souveraineté de la France : le recyclage de plastique permet d’économiser le pétrole, ressource stratégique, à hauteur de 650kg de pétrole par tonne de plastique recyclé.

Le texte propose des avancées dans trois domaines : l’information du consommateur (création d’un « indice de réparabilité », extension du logo Triman), la lutte contre le gaspillage (recyclage des invendus non-alimentaires, réalisation de diagnostics écologiques avant travaux), et la responsabilité des producteurs (extension de la Responsabilité Élargie du Producteur, développement de la consigne). Parmi les remarques que vous avez formulées, j’ai notamment retenu la question du suremballage, de l’obsolescence programmée pour les logiciels, de l’extension de l’indice de réparabilité aux automobiles, de la régulation du démarchage à domicile et de la distribution de publicité, ou encore de la remise à zéro de la garantie en cas de remplacement d’un appareil usagé par un appareil neuf.

Jean-Noël Barrot