Les cérémonies du 11 novembre

435803680_12995173369882343379.jpg

Le 11 novembre dernier, j’étais à Viroflay, aux côtés des anciens combattants, des autorités militaires, des pompiers, des jeunes générations, des élus et représentants de l’Etat, pour rendre  hommage à nos disparus et témoigner à la jeune génération combattante toute ma reconnaissance. 

Dans un contexte où la paix suscite souvent l’indifférence tant elle s’est installée comme une évidence, les commémorations constituent plus que jamais des moments exceptionnels de citoyenneté, des moments exceptionnels de compréhension et d’appropriation de notre histoire par les jeunes générations qui n’ont pas connu l’épreuve des guerres du 20ème siècle. Comme le rappelait Churchill, «  un peuple qui oublie son passé se condamne à le revivre ». Souvenons-nous, à l’heure où l’idéal européen nécessite d’être réincarné, que l’Europe est avant tout une entreprise de paix. Souvenons-nous et rendons hommage au courage, au sens du devoir et à l’esprit de sacrifice de nos aînés morts au combat. Souvenons-nous que la liberté dont nous jouissons, nous la devons à l’engagement d’hommes et de femmes qui jusqu’au sacrifice de leur vie ont été prêts à la défendre.

Témoignons aussi à la jeune génération combattante la reconnaissance de la Nation. Dans un contexte de sollicitation élevée de nos forces armées, en particulier dans le cadre de l’opération Sentinelle, la Ministre des Armées a donné un signal fort à leur endroit avec l’annonce d’un plan famille de plus de 300 Millions d’euros sur 5 ans, rédigé en concertation avec la communauté militaire, pour améliorer leurs conditions de vie et répondre concrètement aux préoccupations de leurs familles en matière de mobilité, d’emploi, d’hébergement, de garde d’enfant, etc. pour mieux concilier vie professionnelle et familiale.  

Jean-Noël Barrot