Nuisances sonores : un enjeu de santé publique

STOP AU BRUIT.jpg

L'accélération vrombissante d'une moto dans la rue, le tremblement des vitres de notre maison lors du décollage d'un avion, le son saccadé et régulier d'un train bordant notre jardin, les nuisances sonores envahissent notre quotidien.

Plus qu'une atteinte à la qualité de vie, le bruit est un risque réel pour la santé des populations. Seconde cause de morbidité après la pollution atmosphérique, l'association Bruitparif estime dans son rapport que plus de 9 millions de français sont exposées à des niveaux de bruit supérieurs aux valeurs recommandées par l’Organisation mondiale de la santé. Cette surexposition provoque des troubles du sommeil et augmente le risque d'infarctus. Ainsi, c'est près de 117 760 années de vie en bonne santé qui seraient perdus chaque année en Ile-de-France à cause du bruit.

Pour lutter contre ces pollutions sonores, il faut renforcer la législation actuelle. La Loi d'orientation des mobilités (LOM) qui sera présentée au mois de juin à l'Assemblée national sera l’occasion pour moi de proposer des amendements apportant des réponses concrètes aux bruits aériens, ferroviaires et des motos et dans notre circonscription. En ce sens, j’ai rencontré tout au long du mois de mars des acteurs publics, des associations et des responsables d’administration pour proposer des solutions législatives adaptées.

Jean-Noël Barrot